La Presse Bisontine 198 - Mai 2018

38 La Presse Bisontine n° 198 - Mai 2018 A g e n d a U ne œuvre drôle, tendre et attachante, “un brin surréaliste, comme l’était le bonhomme” , c’est ain- si que le Bisontin Jean-Pierre Bolard, chanteur du Trio Lou- ki, voit le travail de celui qui était son “père spirituel”. Pier- re Louki. Ce poète lunaire et jongleur de mots, véritable O.V.N.I. de la chanson fran- çaise. Mort en 2006 et rencontré 20 ans plus tôt. Le Bisontin, éga- lement homme de théâtre, est très vite tombé amoureux de ses textes dans le sillage de Brassens et de Ferrat. Il cher- chera d’abord à acheter ses disques. Ne les trouvant pas, il se tournera alors vers lui et s’ensuivront deux années de correspondance écrite et télé- phonique qui marqueront le début d’une grande amitié. Après sa disparition, avec “un autre auteur-compositeur de talent” : Philippe Henckel, et le musicienVivien Simon - rem- placé depuis par Pascal Michel -, ils sont invités à lui rendre un hommage lors des premières Brassensiades en 2008. De là naît le Trio Louki, qui ne ces- se depuis de faire connaître les chansons, et surtout les textes de Pierre Louki. Comme lui, ils ponctuent chaque concert de petites his- toires, mettant en lumière les beaux mots de l’artiste. Avec une certaine réussite. Le trio bisontin s’est en effet vu rem- porter le prix spécial du Jury en 2010 aux journées Brassens à Paris. Sur scène aussi bien que confor- tablement installé dans son canapé, à écouter ce premier album de leur cru, on s’amuse de cet enfant qui “de rondelles en rondelles, de cochons en cochons, devint plus gourmand de charcutière que de charcu- terie” , ou de ce grand-père qui “n’est jamais souffrant, ou alors après qu’il se soigne” et qui “comme sa pen- dule, marchait à reculons” (un clin d’œil à son premier métier d’horloger. Lou- ki étant aussi passé par l’éco- le horlogère de Besançon). L’auteur nous décroche facile- ment un souri- re. Car Louki, c’est ça. Des textes inspirés et rieurs, “avec le talent de dire parfois des choses graves sans avoir l’air d’y toucher.” “Brassens consi- dérait que c’était le meilleur auteur de sa génération” , note Jean-Pierre Bolard. 20 titres représentatifs de son œuvre sont ici compilés. Enregistrés en studio et en concert “parfois un peu comme à la maison” , avoue le Bisontin, qui y voit “un modeste hommage.” Pro- duit par l’association “Trois p’tites notes”, le C.D. est en ven- te (12 euros) à la librairie Forum et lors des concerts. Le prochain a lieu ce 27 avril, dans la sal- le polyvalente de Roset- Fluans. n S.G. L’ami Louki sort de l’ombre Il était l’un des proches de Brassens. Ferrat, Gainsbourg et Galliano ont composé pour lui, sans qu’il ne soit vraiment reconnu. Trois Bisontins lui consacrent aujourd’hui un album de reprises. CHANSON FRANÇAISE PREMIER ALBUM Le Trio Louki sillonne les scènes régionales depuis 10 ans. Le Bisontin Jean-Pierre Bolard a bien connu Pierre Louki. D’horloger à poète déconnant.

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEwNjg=