Page 43 - LPB124

This is a SEO version of LPB124. Click here to view full version

« Previous Page Table of Contents Next Page »
À 32 ans, Isabelle Druet
est une des valeurs
montantes de l’opéra en
France. La carrière de la
“Victoire la musique
2010” est en train
d’exploser. La Bisontine
garde les pieds sur terre.
D
ans son appartement de Bat-
tant, la Bisontine de 32 ans est
radieuse en ce mois de juillet.
Quelques de jours de répit dans sa
ville d’adoption et laNiortaise d’origine
repartira sur les routes, prise dans le
tourbillon d’une carrière naissante de
diva, qui fait de la jeune chanteuse
lyrique une des nouvelles valeurs
sûres de l’opéra en France.
Au sein de la chorale universitaire de
Besançon, puis du centre polyphonique
de Franche-Comté, on a vite décelé en
Isabelle Druet une vraie pépite. Ses
enseignants ne s’y trompent pas en
poussant la jeune étudiante à pour-
suivre sa formation à Paris. Pourtant,
ce n’est pas le bel canto qui attire la
jeune Isabelle.
“J’étais plutôt attirée
par les musiques du monde, le reggae,
la musique indienne… Au départ, je
partais dans la musique avec l’idée de
créer un groupe. Il y avait bien quelques
disques de classique qui traînaient à
la maison quand j’étais petite, mais
l’opéra ne m’attirait pas plus que ça”
avoue-t-elle. En plus, c’est d’abord vers
le théâtre que s’est dirigée la jeune
fille : lycée option théâtre à Salins-les-
Bains, puis D.E.U.S.T. à Besançon.
Entre le théâtre et le chant, son cœur
balançait. Isabelle Druet a finalement
choisi d’embrasser une carrière de
chanteuse lyrique. De cette manière,
elle peut allier à merveille ses dons
pour le chant et ses talents de comé-
dienne.
La révélation pour l’opéra, elle l’aura
à 20 ans.
“J’habitais un appartement
situé au-dessus du Café du Théâtre à
Besançon. J’ai sympathisé avec les
personnes qui s’occupaient de la billet-
terie et c’est comme ça que par curio-
sité, j’ai eu l’occasion d’assister à mon
premier opéra, l’Orphéo de Montever-
di.”
Le déclic. Isabelle Druet décide
alors de “monter” à Paris tenter sa
chance dans les conservatoires
d’arrondissement. Acceptée partout,
elle choisira celui du VIIème arron-
dissement. L’univers du chant lyrique
lui a plu, restait pour elle à trouver
sa vocalité. Deux ans de conservatoi-
re, vite repérée, elle a l’opportunité
d’entrer au conservatoire national de
musique de Paris, où
“les places sont
très chères”
avoue la chanteuse : une
douzaine de reçus pour 200 postu-
lants. Quatre ans de formation et c’est
le concours. Pour Isabelle Druet, c’est
la première consécration : le premier
prix avec félicitations du jury à
l’unanimité ! Repérée par un agent,
la chanteuse lyrique bisontine peur
commencer sa carrière.Toujours atti-
rée parallèlement par le théâtre, elle
fonde en Franche-Comté la compa-
gnie de la Carotte qui organise notam-
ment tous les étés un festival à Gen-
drey, non loin d’Arc-et-Senans.
L’agenda de la jeune chanteuse com-
mence alors à se noircir de plus en
plus. Ce qui n’empêche pas Isabelle
Druet de garder à côté de l’opéra et
de ses moyens colossaux une place
“pour les projets à taille
humaine”
dit-elle. C’est
ainsi qu’on l’a vue enco-
re récemment à Besan-
çon dans le cadre des
F’Estivales et dans un
petit festival lyrique à
Montperreux (Haut-
Doubs).
Parallèlement à ses
deux ans de perfec-
tionnement au conservatoire de Paris,
elle enchaîne les scènes : théâtre des
Champs-Élysées, Opéra Comique,
Théâtre du Châtelet, opéras de Metz,
de Nancy, d’Avignon, Festival d’Aix…
Son agenda 2011-2012 est déjà bou-
clé. À la rentrée, elle foulera pour la
première fois la scène du gigantesque
Opéra Bastille à Paris. On la rever-
ra sans doute enmai prochain à Besan-
çon dans un opéra programmé au
Théâtre Musical. Isabelle Druet
enchaîne les rôles et les opéras : on
l’a vue tenir le rôle de Carmen,
s’épanouir dans la Flûte Enchantée,
s’attaquer à la Chauve-souris,
s’adonner à un Cavalli, tenir le rôle-
titre de l’Italienne à Alger de Rossi-
ni… Tout s’enchaîne à une vitesse
vertigineuse, d’autant plus depuis
l’obtention en 2010 de la Victoire de
la musique classique dans la catégo-
rie “révélation de l’année”.
Isabelle Druet garde la tête froide. À
32 ans, elle ne veut pas brûler les
étapes.
“Je suis déjà assez comblée.
Qui va piano va sano
dit-elle.
Je ne
cours pas après les coups médiatiques”
Lucide, Isabelle Druet ne s’interdit
pourtant pas de rêver de ces salles
mythiques que sont la Scala de Milan,
la Fenice de Venise, le San Carlo de
Naples ou encore le “Met” de New-
York. Un jour sans doute, la mezzo-
soprano y chantera et même si elle
affirme
“être plus attachée à défendre
des beaux rôles dans des salles moins
prestigieuses que des petits rôles dans
des grandes maisons”
, elle portera
jusque-là sa voix puissante. La voix
sans doute la plus mélodieuse de
Besançon, en passe d’en devenir une
de ses plus prestigieuses ambassa-
drices.
J.-F.H.
CHANT
A l’Opéra Bastille à la rentrée
Isabelle Druet en route pour les étoiles
LE PORTRAIT
“Je ne
cours pas
après les
coups
médiatiques.”
Isabelle Druet
avait obtenu
en 2008 le
premier
prix du
conservatoire
national
de musique
de Paris.
43
La Presse Bisontine n° 124 - Septembre 2011
La mezzo-soprano dans le rôle
d’Arcabonne dans Amadis
de Lully, à l’Opéra d’Avignon
en janvier 2010.
Abonnement facile et rapide :
Je m’abonne à La Presse Bisontine :
1 an
(12 numéros) = 22
au lieu de
26,40
, soit
2 NUMÉROS GRATUITS
Bulletin à remplir et à retourner
accompagné de votre règlement
à l’adresse suivante :
La Presse Bisontine -B.P. 83 143 - 1, rue de la Brasserie
25503 MORTEAU CEDEX
Nom
Prénom
N°/Rue
Code
Ville
Tél.
E-mail :
les 12 numéros
22
1 an - 12 numéros
Le journal d’information qui aborde tous les mois les sujets
d’actualité de Besnçon et de sa région : événements, société,
actu, sport, vie associative et culturelle, dossier…
BULLETIN D’ABONNEMENT
En application de l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, les informations ci-dessus sont
indispensables au traitement de votre commande et sont communiquées aux destina-
taires la traitant. Elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès et de rectifica-
tion auprès de La Presse Bisontine. Vous pouvez vous opposer à ce que vos nom et adres-
se soient cédés ultérieurement. Tarifs étrangers et DOM TOM : nous consulter.
au lieu de 26,40
2 NUMÉROS
GRATUIT